L’image du service d’une collectivité ou d’une entreprise démarre souvent par celle de son dirigeant…

Le portrait, exercice créant toujours une tension pour la personne photographiée, reste le meilleur moyen d’incarner sa présence à distance.

C’est donc un excellent moyen de transmettre la bonne première impression d’un dirigeant, d’une équipe qui donne envie de mieux connaitre leurs activités.

Le style du portrait (environnement, habits, expression, couleurs, lumière, …) sera inconsciemment décrypté par l’audience, interprété et chargé d’un sens particulier fonction de leur culture.

portraits de professionnels

extrait du portfolio externe

Peut-être vous dites vous…

Comment savoir si un portrait est bon ou pas ?

Au delà de faire plaisir à la personne photographiée [au travers d’une technique et posture photographiques maitrisées], un « bon portrait » est celui qui ressemble vraiment à son modèle et qui va en restituer la facette recherchée et la mettre en relief.

Mais alors, on prend un risque en diffusant un portrait ?

Oui, on prend le risque de plaire, de se différentier, d’incarner une marque ou une entreprise.
On peut choisir un risque plus grand, celui d’utiliser un portrait amateur ou pas de portrait du tout, ce qui coupera l’auditoire de toute chance de se connecter émotionnellement à l’activité présentée au travers d’une personne…

En conclusion, un portrait, qu’on le veuille ou non, sera toujours une invitation à la connexion et porteur d’un message, alors autant l’adapter aux codes de l’audience visée en priorité…

(car on ne peut jamais plaire à tout le monde…)